Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avons reçu d'un participant au colloque ce compte-rendu dont une partie a été reprise par La Dépêche 47. Ce texte me semble important. J-P Damaggio

autre article : sur le site du pays basque

sur la dépêche grand sud

Compte rendu du Colloque Eurosud à Paris le 9 Octobre 2013 :

L’union sur toute la ligne.

Malgré un titre racoleur, il n’y a pas eu d’union sacré pour la LGV Bordeaux Toulouse et son prolongement vers la Méditerranée.

Beaucoup de participants prévus étaient absents : MM. Cuvillier , Ministre des Transports, Juppé Maire de Bordeaux, Baylet Pt du CG de Tarn et Garonne, Emmanuelli Pt du CG des Landes, Bel Pt du Sénat, Camani PT du Lot et Garonne.

Certains s’étaient faits représentés :

MM. Bourquin Pt du CR de Languedoc Roussillon par M. Gayssot ancien Ministre des Transports, Rappoport Pt de RFF par M. Chabaud, Pépy Président de la SNCF par M. Messulam, Secci coordonnateur Européen PP3 par Mathieu Bertrand .

Que cela signifie –t-il ?

Beaucoup de représentants des Travaux Publics et de personnalités du Midi-Pyrénées pour louer la seule LGV qui serait construite avant 2030.

Mais il faut aussi entendre les nombreux doutes exprimés sur son opportunité quant à son financement et son coût ainsi que sa classification en tant qu’axe européen.

Citons M.Rousset qui a manifesté un enthousiasme on ne peut plus mesurer concernant le choix de la Bordeaux Toulouse et, et conteste même la rentabilité de cette LGV significativement moindre que celle de Bordeaux Hendaye. Il va même plus loin, en affirmant que RFF aurait forcé la plume de M. Duron pour choisir Bordeaux Toulouse. Il insista sur l’impérieuse nécessité du couloir atlantique (une nouvelle fois le mur de camions !) pour le fret ferroviaire. Y aurait-il du l’eau dans le gaz entre Aquitaine et Midi-Pyrénées. ?

Surtout que M. Bertrand de la Commission Européenne, en direct de Bruxelles, a déclaré que les seuls couloirs retenus et financés par Bruxelles étaient le couloir Atlantique et le méditerranéen. M.Gayssot, avec sa verve habituelle, a d’ailleurs, dénoncé vertement le choix du gouvernement et la non priorité du projet de contournement de Montpellier.

Quelques grincements de dents dans la salle quand M.Messulam Dir.Gal de la SNCF réaffirme une position déjà émise par M.Pepy, que la priorité n’était plus les LGV mais la rénovation des lignes existantes fréquentées par plus de 90 % de voyageurs.

RFF, par la voix de M. Chabaud, précise et ré affirme ce qu’il avait dit l’an passé à Toulouse, que contrairement à ce qu’affirment les hérauts Midi-Pyrénéens, il ne faut attendre aucun développement économique par les LGV.

Le colloque écourté d’une heure, a néanmoins terminé à l’heure sans qu’il fut possible, de donner la parole à la salle.

Beaucoup de bruit pour rien, mais il se passe bien des choses en coulisse !!!

La Dépêche du 47 Actualités » Grand Sud » Lot-et-Garonne

Eurosud, le colloque vu autrement

Publié le 17/10/2013 à 03:49,

«Beaucoup de bruit pour rien, mais il se passe bien des choses en coulisses.» C’est la vision d’une poignée d’opposants à la ligne à grande vitesse (LGV) qui ont fait le déplacement en milieu de semaine dernière à Paris, pour le colloque Eurosud.

«Il faut aussi entendre les nombreux doutes exprimés sur l’opportunité de la LGV quant à son financement et son coût ainsi que sa classification en tant qu’axe européen

[…] . Citons Alain Rousset qui a manifesté un enthousiasme on ne peut plus mesuré concernant le choix de la Bordeaux-Toulouse et conteste même la rentabilité de cette LGV significativement moindre que celle de Bordeaux-Hendaye. Il va, même, en affirmant que RFF aurait forcé la plume de la commission Mobilité 21 pour la choisir. Y aurait-il de l’eau dans le gaz entre Aquitaine et Midi-Pyrénées ? Surtout que la Commission européenne a déclaré que les seuls couloirs retenus et financés par Bruxelles étaient le couloir atlantique et le méditerranéen. Quelques grincements de dents dans la salle quand le directeur général de la SNCF réaffirme une position déjà émise par Guillaume Pepy, que la priorité n’était plus les LGV mais la rénovation des lignes existantes fréquentées par plus de 90 % de voyageurs. Réseau Ferré de France (RFF) a d’ailleurs précisé et réaffirmé ce qu’il avait dit l’an passé à Toulouse : que contrairement à ce qu’affirment les hérauts midi-pyrénéens, il ne faut attendre aucun développement économique par les LGV.» La Dépêche du Midi

Tag(s) : #LGV, #action associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :