Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici repris du Midi Libre des échos

sur les Etats Généraux du rail.

Les oreilles du train sifflent en Lozère De nombreux interlocuteurs ont souligné la dégradation du rail dans le département. Th. L.

Les états généraux du rail, organisés par la Région, ont dressé un constat accablant de la situation en Lozère. Ils sont venus nombreux, les Lozériens, ce mercredi 11 mai à l'espace Jean-Jaurès de Mende, participer à la première réunion publique des états généraux du rail et de l'intermodalité, organisée par la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Et tout au long de cette réunion, initiée pour "construire une nouvelle page de l'aménagement du territoire de notre région", selon l'objectif fixé par Carole Delga, le même constat accablant a été fait.

La première réunion publique à Mende a donné l’occasion à de nombreux interlocuteurs, cheminots, usagers, maires, conseillers départementaux, d’exprimer de sérieuses critiques sur la situation du rail en Lozère. Mais beaucoup ont lancé des idées, ont émis des pistes pour une amélioration de la situation.

Sophie Pantel a de son côté remis une "contribution du Département de la Lozère", un document de dix pages, cosigné avec le vice-président Henri Boyer, dans lequel sont émises de nombreuses "propositions pour les vingt prochaines années." Des pistes pour pérenniser le rail en Lozère.

La région Languedoc-Roussillon et ses grandes agglomérations ont été trompées quand RFF aient venu leur demander des subventions pour le CNM et la Ligne nouvelle Montpellier Perpignan en leur vantant la progression du nombre de voyageurs TGV qui satureraient leurs gares centres à tel point qu'il fallait prioriser des gares excentrées et excentriques dont Montpellier Sud de France est le scandaleux symbole, s'agissant de la création précipitée d'une gare partiellement en zone rouge Prévention des risques d'inondation hors intersection avec la ligne classique (les minutes gagnées en roulant à grande vitesse entre Nîmes Manduel et la périphérie de Montpellier seraient plus que perdues en ralliant en tram, bus ou voiture le coeur de l'agglomération et les correspondances au pôle d'échanges multimodal de Montpellier Saint Roch… Mais les plus de 30 millions d'euros engagés par la région pour les investissements de cette gare qui n'ont pas été intégrés dans les infrastructures du CNM manquent pour répondre aux besoins d'un nouveau maillage régional n'oubliant pas notamment le Massif Central et des gares existantes qu'on peut "reviscolar" (à laquelle on peut très utilement "redonner vie" avec des TER en bonne articulation avec des (mini)bus pour les transports terminaux pour que le droit d'accès au service public ferroviaire retrouve du sens pour les populations pénalisées par la forte réduction de la densité du maillage ferroviaire pour les transports de voyageurs comme de fret.

 

Il avait déjà été question du devenir du rail en Lozère dans de précédentes réunions des Etats Généraux organisés par la région, notamment à Béziers. La liaison Toulouse Mende via Albi et Rodez emprunterait la ligne Béziers Neussargues (celle où circule le train d'équilibre du territoire l'Aubrac rejoignant Clermont-Ferrand) entre Séverac-le-Château et Marvejols où arrive la bretelle desservant Mende à partir de la Bastide St Laurent (ligne TET le Cévenol qui assurait une liaison Marseille Paris par Langogne et le Massif Central, qui a toujours besoin en plus de ces 2 lignes de TET Nord Sud d'un maillage par ligne transversale est ouest permettant la circulation ferroviaire de voyageurs et de fret, en retrouvant des possibilités de diagonale pour des liaisons aujourd'hui sans possibilité de transports en communs, par exemple entre Brive ou Aurillac et Béziers sans passer ou entre Langogne et Toulouse… Dans le Massif Central, notamment à Séverac le Château, comme dans la plaine du bas languedoc il y a des étoiles ferroviaires (comme Paulhan et Gigean) qui répondent à de nouveaux besoins à la fois de trains du quotidien (pour aller travailler ou étudier) ou des trains plus loisirs touristes vacances (liaison de la métropole montpelliéraine au Haut Languedoc en réopérant la bretelle Paulhan Faugères qui autoriserait par exemple, avec des horaires bien articulés, des liaisons entre Bédarieux, Pézenas et Agde… La région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées doit faire des

Millau, deux heures d'arrêt. Les états généraux du rail et de l'intermodalité ont fait étape par la cité du gant, jeudi, dans les locaux de l'Ifsi/Ifsa, place François-Mitterrand. Grandes consultations populaires déployées jusqu'au 7 juillet sur l'ensemble de la nouvelle région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, ces rencontres entre élus régionaux et citoyens (usagers quotidiens, occasionnels ou non-usagers, salariés, cheminots, responsables d'entreprise, élus, financeurs, étudiants...) ont vocation à "faire remonter" les attentes du public vis-à-vis du futur schéma régional ferroviaire. "Avant d'engager une nouvelle politique, il faut écouter", soulignait, dans son propos introductif, Stéphane Bérard.

Une feuille de route pour les 15-20 ans

Le maire de Capdenac-Gare et conseiller régional préside la commission des transports et infrastructures à la région. "L'objectif, après ces consultations, est de tracer une feuille de route pour les 15 ou 20 ans à venir. Nous devons fixer un cap", a-t-il défendu à plusieurs reprises, devant une assemblée d'une centaine de personnes.

Usagers à bout de nerfs

En suivant un parcours fléché, via des thèmes prédéfinis, l'assistance n'a pas hésité à rapporter ses griefs aux oreilles de la conseillère départementale Emmanuelle Gazel, du vice-président régional aux transports Jean-Luc Gibelin, et de Stéphane Bérard. "Galère" et "aberration des horaires des TER" depuis Sévérac pour ces usagers "à bout de nerf", "arrivée des légionnaires à prendre en compte" selon un membre du comité de défense de la ligne Béziers-Neussargues, "tarification à revoir" et "importance du transport scolaire ferré" pour une poignée de syndicalistes... Autant de sujets que le public est invité à aborder au gré des 24 prochaines réunions publiques (à Rodez le 1er juin pour l'Aveyron), via des questionnaires à retrouver en gares, ou sur internet.

Tag(s) : #etats généraux

Partager cet article

Repost 0